vendredi 14 juillet 2017

Erik Estrada était l'invité de la semaine.


















Mais voilà, c'est fini. De toutes les façons il a beaucoup à faire puisqu'il vend aujourd'hui des terrains à construire, tout en étant sheriff réserviste et ardent militant républicain. 

Il ne cède sa place à personne puisque, suaves visiteurs, voici venu le moment de vous annoncer que nous nous éclipsons en vacances. Et à vrai dire c'est déjà fait puisque ces billets étaient programmés et que nous sommes sans doute, à l'heure où vous nous lisez, coincés sur une route ou dans un hall d'aéroport. 

Néanmoins, nous vous souhaitons une très suave fête nationale. Nous nous retrouvons sans faute dès les premiers jours du mois d'août. D'ici là, nous ne sommes pas très loin alors soyez suaves. 


C'est vendredi : sortons dîner !


Et si en plus le restaurant fait hôtel, soyons fous : restons dormir !

Et maintenant dansons !



Le disco du jour n'oublie pas que nous sommes aujourd'hui le 14 juillet et il était impératif de proposer quelque chose de terriblement français, montrant le rayonnement de l'hexagone, même en matière de musique qui fait danser. 

Admirons et souvenons-nous de Mimi Coutelier, ancien mannequin et miss, compagne et égérie de Jean Yanne qui lui offre en 1979 ce "Boogie Lady", bande originale de son film "Je te tiens par la barbichette", composé par le seul et unique Jacques - Village People - Morali. Trois ans plus tard, elle sera la costumière aux côté d'Erté et la Cléopâtre de "Deux heures moins le quart avec Jésus Christ", puis ce sont les Etats Unis, une carrière de styliste, puis d'agent immobilier, puis de gestion de patrimoine. C'est donc aujourd'hui une femme d'affaire, loin du boogie et de la barbichette. Dommage ? En tout cas, elle n'a pas changé...





Soyons Plastique !


Le trio du jour.




































Soyons-Suave est heureux de vous offrir trois objets à collectionner, un peu chers mais c'est CHIPS. 

Pendant ce temps, à la piscine...


Erik Estrada est l'invité de la semaine.


































Et il vous dit bonjour !

jeudi 13 juillet 2017

Erik Estrada est l'invité de la semaine.


































Et il vous dit bonsoir. Et à demain.

Soyons Plastique !


Et maintenant dansons !




Lorsqu'en 1979, le label Mercury sort le premier album de Robin Beck, il est comme il se doit disco, très bien produit et avec suffisamment de bonnes chansons pour enchaîner les tubes. Seulement voilà, si le single "Sweet talk" passe en radio et en discothèque, c'est grosso modo un échec et Mercury renvoie Robin à ce qu'elle fait de mieux, d'après eux : les choeurs, derrière Cher, derrière Chaka Khan ou Sergio Mendes. 

10 ans plus tard, alors que Mercury a confié Robin à sa filiale Phonogram en leur disant d'en faire ce qu'ils en veulent, Robin obtient d'enregistrer ce qui lui tient le plus à coeur, un album rock, car elle est finalement beaucoup plus cuir et clous que paillettes et spandex. Une chanson attire l'attention de Coca Cola, qui en fait la bande-son de son nouveau spot publicitaire et là c'est le succès : "First time" devient n°1 pratiquement partout. 






















Soyons francs : Robin ne connaîtra plus jamais un tel triomphe et on pense encore aujourd'hui qu'elle est la femme d'un seul tube, comme on pensait en 1979 en entendant "Sweet talk" qu'elle était noire. 

Cependant elle va bien, mariée depuis 20 ans à un chanteur de hard rock, elle enregistre et tourne toujours. On court cependant après son album disco comme après une curiosité. Vous le trouverez aux alentours de 2 euros 90 sur internet. Pas cher pour un collector. 


Le Dino de l'été.


Le trio du jour.
























Soyons-Suave est heureux de vous offrir trois disques qui fument.

Pendant ce temps, à la piscine...


Erik Estrada est l'invité de la semaine.


































Et il vous dit bonjour.